New Call-to-action

Durant ces 10 dernières années, les emballages biodégradables sont devenus une alternative viable aux emballages plastiques. Les matériaux biodégradables sont fabriques à base de biopolymères, qui sont des polymères à base de molécules naturelles. Ils sont souvent utilisés associés à des récipients en métaux pour aider à fermer hermétiquement les biens périssables comme la nourriture ou les cosmétiques. Dans ces récipients en métal, ces matériaux se trouvent sous forme de films, revêtements et sachets.

indices-of-primary-commodity-prices-1998to2008

L’utilisation des produits en plastiques a connu une croissance exponentielle durant ces 20 dernières années. Cette augmentation de l’utilisation de plastiques a contribué à une hausse du prix du pétrole correspondante. Ce dernier a maintenant même dépassé le prix de la nourriture et des produits agricoles bruts. Cette augmentation du prix du pétrole a poussé de plus en plus de producteurs à utiliser des matériaux biodégradables dans leurs emballages, étant fabriqués à base de matériaux bruts meilleurs marchés [1]. Ces emballages biodégradables sont en général perçus come une meilleure alternative par rapport aux plastiques. Cependant, même si cela s’avère, ces matériaux biodégradables ont des effets positifs et négatifs sur la santé des êtres humains et de l’environnement.

Santé Environnementale

Les effets environnementaux d’un produit sur l’environnement sont déterminés au moyen d’une analyse du cycle de vie (Life Cycle Analysis, LCA). Lors de cette analyse, on examine tous les effets d’un produit, à partir de sa production jusqu’à sa décomposition complète [1]. Les polymères biodégradables sont meilleurs pour l’environnement que les plastiques à pratiquement tous les niveaux. Ils requièrent moins d’énergie fossile, produisent moins d’eaux usées, créent moins de pollution de l’air et provoquent moins de dégâts aux fonctions des écosystèmes naturels. Un des problèmes majeurs de la production de plastique est la quantité d’énergie qu’elle nécessite, causant des émissions de gaz à effet de serre et contribuant au réchauffement climatique. Il est prouvé que la production de polymères biodégradables nécessite beaucoup moins d’énergie que celle de plastique, entre 25-54 MJ/Kg d’énergie, comparé aux 77-81 MJ/Kg pour les plastiques [1] [2] [3].

Polymer-Energy-chart

Bien que ces polymères biodégradables soient bien meilleurs pour l’environnement que les plastiques, ils présentent tout de même quelques effets négatifs. Le processus de production nécessite de l’énergie fossile, qui contribue au réchauffement climatique. De plus, la surexploitation de produits agricoles pour les polymères peut être source de problèmes pour les écosystèmes naturels, en forçant un système monoculture. La monoculture peut provoquer une baisse de la fertilité du sol d’une région, réduisant le rendement des produits agricoles. Enfin, comme la demande d’emballages biodégradables augmente, la demande en produits agricoles utilisés dans leur production augmentera en conséquence [1] [4]. Cette demande devra à son tour être satisfaite en augmentant les rendements agricoles, nécessitant davantage de terres devant être dédiées à l’agriculture, modifiant ainsi les écosystèmes naturels.

Santé Humaine

Les recherches sont en cours quant aux effets des biopolymères sur la santé humaine, mais certaines tendances apparaissent déjà. Il est démontré que les biopolymères à base de chaines de carbone n’ont pas d’effets négatifs sur les êtres humains et les animaux terrestres. En ce qui concerne la vie aquatique, ces biopolymères réduisent l’absorption d’oxygène par les branchies. Globalement, ils se décomposent en produits relativement bénins ayant des effets direct minimes sur la santé.

La plupart des effets négatifs des biopolymères sur la santé sont indirects. Comme pour toutes les formes de productions émettant des gaz a effet de serre, la production de biopolymère génère de la fumée, pouvant provoquer des problèmes respiratoires tels que l’asthme. Ils peuvent en plus provoquer des cancers et d’autres maladies. Les engrais sont ingérés par les travailleurs les utilisant, par les consommateurs qui les mangent et en consommant de l’eau contaminée [8].

Les productions de biopolymères et de plastiquent possèdent chacune des effets négatifs sur la santé, liés à l’utilisation d’énergies fossiles, bien que celle-ci soit moindre dans le cas des biopolymères. Moins de gaz à effet de serre signifie moins de maladies chroniques, comme les cancers et la malnutrition [7]. Actuellement 12% de la population mondiale est mal nourrie et les changements climatiques ne font qu’accentuer le problème. De plus, la malnutrition sévère chez les enfants augmente à une vitesse alarmante, par exemple en Asie du Sud où presque 17% des enfants de moins de 5 ans sont touchés [6].percentage-of-children-under-5-who-are-wasted-by-region

Les biopolymères se décomposent en polymères naturels, au contraire des plastiques. Les plastiques peuvent prendre des centaines d’années avant de se décomposer, souvent en relâchant des composés toxiques durant ce processus. Les toxines du plastique tuent les bactéries utiles présentes dans les différents environnements et provoquent la bioaccumulation chez les poissons [9]. Les biopolymères forment des molécules naturelles qui se retrouvent couramment dans la nature. Ils ne libèrent pas de toxines et sont facilement assimilés par les écosystèmes naturels [4].

Les biopolymères et emballages biodégradables ont une large gamme d’effets négatifs et positifs. Etant une alternative courante au plastique, ils ont une empreinte carbone plus petite. De plus, leurs effets sur la santé sont minimes et ils ne provoquent pas directement de soucis de santé chez les êtres humains. Cela dit, leur production utilise encore des énergies fossiles et promeut l’utilisation d’engrais et pesticides nocifs. Il est bien reconnu que les emballages biodégradables, particulièrement lorsqu’ils sont utilisés en conjonction avec d’autres formes d’emballages métalliques, sont une bonne alternative au plastique.

Apprenez plus sur les emballages durables.

New Call-to-action

References

  • [1] Cruz-Romero, Malco. “Crop-Based Biodegradable Packaging and Its Environmental Implications.” CAB Reviews: Perspectives in Agriculture, Veterinary Science, Nutrition and Natural Resources, vol. 3, no. 074
  • [2] "BP Statistical Review of World Energy 2010," British Petroleum, 2010.
  • [3] Boustead, I. Eco-Profiles Of The European Plastics Industry (HDPE). Plasticseurope, 2005, http://www.inference.org.uk/sustainable/LCA/elcd/external_docs/hdpe_311147f2-fabd-11da-974d-0800200c9a66.pdf.
  • [4] Gross, Richard, and Bhanu Kalra. "Biodegradable Polymers for The Environment". Science, vol 297, 2002, Accessed 14 Oct 2018.
  • [5] Marambio-Jones, C. & Hoek, E.M.V. ”Nanomaterials and Potential Implications for Human Health and the Environment”. J Nanopart Res (2010) 12: 1531.
  • [6] "Malnutrition - UNICEF DATA". UNICEF, 2018, https://data.unicef.org/topic/nutrition/malnutrition/.
  • [7] Luber, George, and Natasha Prudent. "Climate Change And Human Health". Trans Am Climatological Association, vol 120, 2009, pp. 113-117.
  • [8] Weisenburger, Dennis. "Human Health Effects Of Agrichemical Use". Human Pathology, vol 24, no. 6, 1993, pp. 571-576.
  • [9] Flint, Shelby et al. "Bisphenol A Exposure, Effects, And Policy". Journal Of Environmental Managament, vol 104, 2012, pp. 19-34.

Topics: Biodegradable Packaging FR, Durabilité