New Call-to-action

Les cosmétiques regroupent une large gamme de produits de beauté et de santé. Ils vont des produits appliqués sur le visage tels que le maquillage aux vernis à ongles en passant par les lotions et couleurs pour cheveux. En plus d’être variées, ces produits contiennent une longue liste de matériaux utilisés pour les produire. Ces matériaux possèdent tous des facteurs différents à prendre en compte pour créer un emballage sûr. La création d’emballages nouveaux pour les produits peut être coûteuse, c’est pourquoi de nombreuses sociétés de cosmétiques se reposent sur des spécialistes de l’emballage. Ces sociétés travaillent d’arrache-pied pour répondre à la demande en matière d’emballage sans cesse grandissante de l’industrie des cosmétiques. En 2017, le marché des cosmétiques était estimé à 550 milliards de Dollars et les prévisions parlent d’une hausse jusqu’à 800 milliards en 2023. La demande en matière d’emballages pour cosmétiques connaitra également une croissance semblable [1].

L’emballage pour cosmétiques revêt une grande importance et ce pour plusieurs raisons. L’une des raisons principales est due au grand nombre d’ingrédients qu’ils contiennent. Aux Etats-Unis, on recense environ 12,500 ingrédients différents autorisés pour la création de cosmétiques. Typiquement, un produit cosmétique contient entre 15 et 20 ingrédients différents. Souvent, ces ingrédients possèdent différentes propriétés et peuvent interagir de manière unique pour créer des conditions corrosives ou difficiles. Les ingrédients les plus courants des cosmétiques comprennent l’eau, les conservateurs, les hydratants, les couleurs, les parfums, les émulsifiants et les épaississeurs. Beaucoup de cosmétiques contiennent aussi des produits chimiques potentiellement dangereux, utilisés à doses suffisamment faibles que pour ne pas présenter de risque pour les humains. Par exemple, le triclosan est utilisé dans de nombreux cosmétiques pour protéger contre la croissance bactérienne, mais certaines études ont démontré qu’une exposition prolongée peut provoquer des cancers chez les êtres humains, et que sous certaines conditions il peut se décomposer en dioxines, qui peuvent être corrosives [2,3].

L’emballage pour cosmétiques doit aussi prendre en compte la protection contre toute contamination. Si l’emballage se décompose ou que le produit n’est plus suffisamment protégé, il peut être contaminé par des bactéries ou de la poussière et peut ainsi être source de problèmes de santé pour les consommateurs. Enfin, l’emballage lui-même ne doit pas contenir de substances nocives. Des matériaux comme le plomb et d’autres alliages nocifs contenus dans l’emballage peuvent se transmettre au produit qu’ils sont censés protéger. Dans ce cas, le produit deviendrait inutilisable et même dangereux [6].

Download Ebook 1

Le premier aspect à prendre en compte en concevant un emballage pour cosmétiques est le choix du matériau externe. Ce matériau doit être assez résistant que pour empêcher le produit d’être soumis à des forces de tension ou de compression. De plus, il doit pouvoir agir comme une barrière entre les contaminants externes, tels que l’oxygène, la poussière et les bactéries. Si l’emballage extérieur est défectueux, l’intérieur peut être contaminé à son tour, rendant le produit inutilisable et souvent dangereux. Le rôle secondaire du récipient extérieur est de protéger conte les risques thermiques, biologiques et chimiques. Si le matériau n’en est pas capable seul, des revêtements et des fermetures supplémentaires peuvent être utilisées. Citons parmi les matériaux externes les plus utilisés l’aluminium et le fer-blanc, en raison de leur grande résistance et de leur rigidité tout en restant assez légers. De plus, ce sont deux des matériaux d’emballage les plus respectueux de l’environnement, étant facilement recyclables et réutilisables [4,5].

Le second aspect à prendre en compte pour les emballages pour cosmétiques est la fermeture. La fermeture est une barrière physique située aux emplacements dépourvus d’emballage extérieur. Elle est souvent située autour du couvercle des récipients et lorsque l’emballage est ouvert pour la première fois. Les fermetures, ou sceaux, protègent contre toutes formes de contamination, telles que les bactéries, l’eau, l’oxygène, la poussière et les produits chimiques. Elles sont en général fabriquées à partir de caoutchouc, de plastique, ou d’autres produits issus du pétrole. Ces alliages doivent être capables de résister aux ingrédients corrosifs des cosmétiques, ainsi qu’aux menaces externes, telles que la chaleur et la pression. De plus les fermetures doivent être produites à partir d’alliages non toxiques et doivent être capables de durer longtemps et présenter un risque d’affaiblissement minimal [6].

Download Ebook 2

Le matériau externe et la fermeture ont pour but principal de protéger contre les menaces externes au récipient. L’intérieur des récipients de cosmétiques sont souvent recouverts de différents vernis et revêtements protégeant le métal de l’emballage des aspects corrosifs du produit. Ces revêtements sont fabriqués à partir d’une large gamme d’ingrédients qui varient en fonction des propriétés du cosmétique. Un des revêtements les plus utilisés est le revêtement à base de résine d’époxy, qui forme une couche dure et fine sur le métal. Ils ne sont pas poreux, offrant aux alliages moins de surface à laquelle ils peuvent s’accrocher, et ne faiblissent pas au cours du temps. En général, les revêtements sont conçus pour être résistants aux conditions alcalines ou acides. Ensuite, ils ont tous des propriétés supplémentaires pour résister à des éléments courants, telle que la chaleur par exemple. Ils empêchent également les alliages toxiques contenu dans le récipient d’être transmis au produit. La législation stipule que la volatilité des alliages des matériaux des revêtements et leur transmission au produit soient sous la limite de 0.5 mg/in2, et soient approuvée par la FDA ou l’UE [7,8,9].

Lorsque le choix d’emballage pour cosmétique est prix à la légère, de nombreux problèmes peuvent survenir. En 2011, un fard à paupières a dû être rappelé car il contenait la bactérie Pseudomonas Luteola, qui peut provoquer des problèmes tels que la cellulite, la bactériémie et la péritonite. Il s’agit d’un des cas où ce rappel eut lieu avant que les consommateurs ne soient atteints. Dans un autre cas, en 2000, une femme utilisa une nouvelle crème pour les yeux qui avait développé une croissance bactérienne. Après application, elle ressentit une sensation de brûlure et la peau autour de ses yeux commença à peler pendant une semaine [10].

Les emballages pour cosmétiques son développés et choisis dans des situations spécifiques. Les facteurs biologiques, chimiques et physiques doivent être pris en compte pour prendre une décision informée. De plus, tous les composants de l’emballage doivent répondre aux critères gouvernementaux publiés par l’UE et la FDA. L’emballage sert à protéger les consommateurs des contaminations dangereuses des produits cosmétiques.

New Call-to-action

References

[1] "Cosmetic Products Market - Segmented by Product Type , and Region - Growth, Trends and Forecast " (2019), par Mordor Intelligence.

[2]  "The Chemistry of Cosmetics" (retrieved April 2019), par Dr. Oliver Jones  et Prof. Ben Selinger.

[3]  "Compound - Tetradioxin" (retrieved April 2019), par National Center for Biotechnology Information.

[4] "Purposes of Cosmetic Packaging" (2016), par Alex Cosper.

[5] "What you should know when packaging cosmetics compliant to FDA regulations" (2016), par Alex Cosper.

[6] "Regulation (EC) No 1223/2009 of the European Parliament and of the council" (2009), par Official Journal of the European Union.

[7] "Global Legislation for Food Packaging Materials" (2010), Rinus Rijk et Dr. Rob Veraart.

[8] "Distinguish How Polymeric Coatings Are Regulated in the U.S. and Europe" (2011), par Keller et Heckman LLP.

[9] "Standard resistant" (retrieved April 2019), par Protaral.

[10] "Dangerous beauty: FDA discusses contaminated cosmetics" (2011), par Melissa Dahl.

Topics: Cosmétique